Oslo / Opéra d’Oslo – Snøhetta

 Oslo / Opéra d’Oslo – Snøhetta

 Nom / Oslo opera                                                                                                                                                  Client / Ministère des Églises et de la culture                                                                                      Architecte / Snøhetta                                                                                                                          Localisation / Oslo – Norvège                                                                                                                        Fonctions / Salle d’opéra +  salles multifonctionnelles 29 000m2 + bureaux et ateliers 10 500 m2  Matériaux / Structure de béton, revêtement en marle blanc d’Italie et granite Ice-Green norvégien  (section touchant à l’eau), panneaux d’aluminium perforés, verre                                                  Commission / 1er prix lors du concours en 2004                                                                      Construction / 2007

Situé sur un site extrêmement complexe irrigué par d’importantes infrastructures routières et ferroviaires, le projet s’impose par lui-même sans néanmoins participer à la connexion avec la ville. Selon les architectes norvégiens, l’Opéra d’Oslo est le résultat d’une combinaison savant entre trois éléments :

1.  Le hangar : Afin de reprendre le contexte portuaire et industriel de la section est du site, les architectes on conçut cette partie du bâtiment comme un immense hangar. Cette portion du bâtiment est réservée à la préparation des décors (atelier bois et métal,  »paintshop »…), à la réception de la marchandise, et aux bureaux du personnel. En ce sens, le caractère industriel de cette section cadre parfaitement avec les fonctions qu’ils contiennent. C’est aussi à cet endroit ou l’on retrouve les salles d’entraînement.

2. Le mur ondulé : Tout ce qui se rapporte à la prestation même des artistes, c’est-à-dire la salle de spectacle et les espaces réservés aux détenteurs de billets, foyer et accès, est enveloppé par une sensuelle enveloppe de chêne. Ces courbes sont censées reprendre le mouvement aléatoire et doux des vagues qui se meurent sur bâtiment.

3. Le tapis : L’élément certainement le plus réussi et le plus intéressant de tous est bien le tapis. Quoique les architectes n’ont fait jamais mention textuellement de l’idée d’iceberg,  il paraît assez évident que cet élément fondamental nordique ait apporté le caractère esthétique de ce tapis : Formalisation, couleur (blanc + turquoise), crête, déchirure, craquelure…Cette immense surface fracturée chevauche les deux premiers éléments et permet de les réunir sous une même entité. Ce fort geste créatif induit par le fait même un langage formel excessivement puissant le propulsant par le fait même l’opéra au niveau de Landmark urbain. Il permet par une habile topographie un accès total à l’ensemble de la toiture du projet ainsi qu’à l’embouchure du fjord. Juste qu’à présent, il constitue le seul projet que j’ai visité qui m’a permis de toucher et sentir l’eau qui l’entoure. Les soirs d’été, cette immense place publique accueille une série d’événements publics au grand bonheur de la population norvégienne.

Une utilisation juste et précise des matériaux également à l’intérieur (Hangar/aluminium, Salle/bois, Tapis/marbre) permet de distinguer l’aspect public et privé des différents lieux.

Alors que l’extérieur est largement ouvert et apprécié de tous comme espace public de qualité, la distribution intérieure de l’espace est relativement conventionnelle et restreinte au public. En effet, la relation entre architectures et l’eau s’effectuent pratiquement depuis l’extérieur. Cependant, les larges ouvertures permettent une abondante lumière d’y pénétré et offre une vue sur le vol incessant des mouettes, nous rappelant par le fait même notre situation urbaine. La conception d’une fenestration supportée par du verre structural renforcé d’élément d’acier participe évidemment a cette pénétration lumineuse. Ces détails sophistiqués sont bien exécutés et reflète l’intention des architectes d’avoir une paroi vitrée extrêmement légère et transparente.

 

 

 

Publicités
2 commentaires
  1. Johanne L. a dit:

    Un mot d’abord pour assurer de ma première place parmi les « faiseurs » de commentaires :). Un mot aussi pour dire que ce grand tour nordique nous donne une belle l’opportunité, bien calé dans nos chaises à roulettes, de jeter un coup d’oeil large à l’architecture contemporaine et de jouer à y reconnaitre le vocabulaire du temps. Ainsi, encore une fois je note ici l’usage de ce que je nomme « la pointe », le piquant d’une époque un peu bourrue. On y repère aussi un début de répétition dans le motif »gâteau de miel ». À suivre.

    • jfsto a dit:

      Merci Johanne pour ces précieux commentaires, mais ce n’est pas fini…lol. Rien n’est gagné! Je dois t’avoué que j’apprécie également la vision et la réflexion d’une personne externe au domaine de l’architecture en ce qui concerne le mouvement contemporain.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :