Glasgow / Riverside Museum – Zaha Hadid

Glasgow / Riverside Museum – Zaha Hadid Nom / Riverside Museum: Museum of Transports                                                                                  Client / Glasgo City Council                                                                                                                        Architecte / Zaha Hadid Architects                                                                                                Localisation / Clydeshore – Glasgow – Écosse                                                                                        Fonctions / Musée 11 000m2                                                                                                              Matériaux / Structure d’acier, revêtement en zinc, gyspe renforcé par de la fibre de verre                      Commission / 1er prix lors du concours en 2004                                                                                  Construction / 2011

Complètement isolé de la ville par d’importante infrastructure routière et situé en marge d’un gigantesque stationnement, la collection du musée est à propos : vaut-mieux être véhiculée pour si rendre! La promenade depuis le centre-ville est assez hasardeuse et peu agréable, coincée entre d’immenses constructions commerciales et un boulevard urbain se transformant en autoroute, le secteur manque gravement d’habitation et de commerces de proximité pour permettent une réelle appropriation journalière des lieux.  Dans un environnement aussi austère, le musée ce présente comme un hangar/tunnel permettant la connexion entre la ville et son contexte maritime. Le projet est ainsi un médiateur entre la ville et la rivière.

L’utilisation d’un revêtement de zinc avec joints debout verticaux renforce l’idée d’une immense hangar portuaire sur lequel l’architecte est venu appliquer une torsion. Formellement, il s’agit ni plus ni moins qu’une série de Curves (Sections) à laquelle les architectes ont appliquée un Loft nurbs (Remplissage entre les sections). L’utilisation d’une telle transformation numérique est évidente au point devenir simpliste à la lumière des récents développements en matière d’architecture numérique.  Cependant, une belle attention fût portée à l’élaboration des détails constructifs afin de mettre en valeur le dynamisme de la forme et la pureté de celle-ci. Les alignements entre les matériaux et composantes architecturales, dont notamment les ouvertures dans cette peau d’acier sont parfaitement exécutées et très élégant.

Sans être la pièce maîtresse de l’unique femme récipiendaire du prestigieux prix Priztker, Le Riverside Museum étonne par la charité de sa forme avec incontestablement le langage propre de l’architecte. Les deux extrémités de la forme indiquent clairement leur fonction  d’accueil. Elles sont devenues par leur qualité graphique un des symboles de Glasgow. Alors que l’extrémité Nord est l’entrée principale considérant son rapport avec la ville et le stationnement, l’immense ouverture sur l’eau, elle, peut être perçue comme la dernière vitrine d’une scénographie de très grande qualité. Celle-ci présente la pièce maîtresse du musé, un immense bateaux à voile ancrer sur les berges de la rivière. Entre la cette immense ouverture et l’artéfact s’intercalent des passants et visiteurs.

L’enveloppe latérale pratiquement aveugle se comprend mieux in situ. Elle accentue de manière très dramatique le sentiment de no man’s land fort présent en plus d’accentuer la bidirectionnalité de l’œuvre. Les rares ponctuations induites par la nécessité d’avoir quelques fenêtre ont été conçu soigneusement afin de réduire leur impacte par notamment l’utilisation de mur rideau extrêmement réfléchissant et son alignement parfait avec le plan de la façade.

Une fois à l’intérieur, l’architecture étonne à nouveau par sa fluidité, l’audace de ces détails ainsi que par l’absence total de colonne. Cette intention dématérialise complètement l’espace intérieur et mets en ce sens l’accent sur les objets eux même.

La collection du musée est extrêmement complète et mise en valeur par une incroyable scénographie, parfois exubérante mais toujours juste et diversifier. Le dynamisme de la mise en scène et la conception des espaces intérieures supporte très bien le thème du musée, le transport dans tous ces aspects et ces formes. Elles rendent ses objets désormais statiques pratiquement en mouvement. Cependant, j’ai une certaine réserve quant à l’utilisation massive et totale de couleur vert anis. Celle-ci devient très lourde à la longue et alterne de façon considérable notre perception des artéfacts qui s’y trouve. Face à une architecture intérieure aussi copieuse, un peu de neutralité n’aurait été que souhaitable.

Publicités
3 commentaires
  1. J’ai bien aimé la critique urbaine au début. On commence à lire des observations de plus en plus pointues! Ça nous permet également de bien comprendre le milieu. Continue ton bon boulot, profite bien des dernières semaines de ton périple et fait-nous singe à ton retour.

    • jfsto a dit:

      Merci Maxime, je suis content de voir que tu a apprécier!

      En effet, au début ce n’était qu’un réchauffement! lol… Je vais essayer de poursuivre dans cette voie. Cependant, je souhaite également profiter au maximum du fait que je sois sur place pour visiter plus d’oeuvre architecturales et y passer plus de temps a chacune d’elles au lieu de passer le plus claire de mon temps a écrire! Une juste équilibre doit être maintenue.

  2. Johanne L. a dit:

    Je note que nous avons ici encore des pointes…

    J

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :